Economie circulaire, bientôt un nouveau collectif…

L’agence de l’eau Rhin-Meuse le rejoint pour une prise en compte des enjeux d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

Il verra le jour le 19 juin prochain. Ce nouveau réseau nommé CollECtif remplacera les réseaux REEL (Réseau Environnement des Entreprises Lorraine) et ACTENA (Entreprises Environnement Alsace) dans le but de partager, entre l’ensemble de ses adhérents, les informations et actualités liées à l’économie circulaire. En rejoignant CollECtif, l’agence de l’eau Rhin-Meuse souhaite, quant à elle, mobiliser l’ensemble des acteurs à une prise en compte généralisée du changement climatique dans tous leurs projets de transition vers une économie circulaire.

L’économie circulaire est reconnue officiellement comme l’un des objectifs de la transition énergétique et écologique mais aussi, comme un engagement du développement durable. Elle désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production de déchets. Elle entre par conséquent, en résonnance avec le 11ème programme d’intervention de l’agence de l’eau Rhin-Meuse, par la prise en compte d’une ressource commune : l’eau.

Aux côtés, entre autre, de la DREAL, de la Région et de l’ADEME, il s’agit pour l’agence de l’eau Rhin-Meuse de s’associer pour que l’eau et la biodiversité soient prises en compte et pour renforcer sa visibilité en particulier sur son dispositif d’aides.

Economie circulaire, des aides possibles de l’agence de l’eau

En matière d’économie circulaire, les projets « eau », en majorité portés par les entreprises, qui pourraient bénéficier d’une aide de l’agence de l’eau Rhin-Meuse seront ceux mettant en place des techniques visant tout d’abord, un approvisionnement durable c’est-à-dire une limitation des besoins en ressources naturelles et dispositifs de production/récupération d’énergie pour alimenter en chaleur et/ou en électricité des équipements. Tout projet labellisé « écoconception », de création ou modification d’un procédé réduisant son empreinte environnementale, sera lui aussi étudié ainsi que, les projets favorisant une écologie industrielle et territoriale de manière à optimiser l’utilisation de la ressource dans une logique collective et d’échange par des opérateurs économiques multiples. Enfin, les projets de recyclage et valorisation correspondant à des dispositifs de récupération d’énergie fatale (chaleur sur les eaux usées traitées ou non, micro-hydroélectricité sur les réseaux d’eaux usées), limitant  des consommations d’eau potable et de la nappe (réutilisation des eaux) et de mise en place de technologies innovantes permettant la récupération de matières sur station de traitement des eaux usées, seront eux-aussi étudiés.

Le changement climatique, marqueur fort du 11ème Programme d’intervention de l’agence de l’eau Rhin-Meuse, sera appréhendé ainsi par un autre levier, celui de l’économie circulaire afin de réduire la vulnérabilité des territoires face à cette urgence qui reste une priorité forte pour l’établissement.